Accueil > Actualités et médias > Accompagnants des élèves en situation de handicap dans l’académie de Rouen : (...)

Accompagnants des élèves en situation de handicap dans l’académie de Rouen : de qui se moque-t-on ?

Article publié le mardi 1er octobre 2019
  • Version imprimable

En ce début d’année scolaire, alors que Monsieur Blanquer et Madame Cluzel ont annoncé depuis plusieurs semaines qu’un des objectifs prioritaires de l’Education Nationale était l’inclusion des élèves en situation de handicap, nous voyons aujourd’hui les limites de cette annonce dans l’académie de Rouen.

En effet, sur le terrain, dans l’académie de Rouen, il existe de nombreux dysfonctionnements à plusieurs niveaux :

  • Tout d’abord, concernant le recrutement des AESH, les entretiens ont eu lieu au courant du mois de juin. Les affectations ont été connues en juillet. Or, nombreux sont les AESH qui n’ont signé leur contrat de travail qu’au cours de la deuxième quinzaine de septembre (quand elles/ils les ont signés - nous avons en effet connaissance de personnels qui sont en poste depuis le 2 septembre et qui n’ont toujours pas leur contrat de travail ; cela est inacceptable et en contradiction avec la règlementation)

  • Concernant les contrats, il y a eu imbroglio sur qui devait les éditer, les faire signer. La mise en place des PIALs n’a pas été totalement réfléchie au niveau administratif : les secrétaires n’avaient pas tous accès au logiciel pour l’édition des contrats, ce qui a engendré une accumulation de contrats à rédiger pour celles et ceux qui y avaient accès (secrétaires d’établissements du second degré notamment, qui ont déjà une grande quantité de travail)…

  • Par ailleurs, l’organisation du service gestionnaire (DAPAEC) a été revu à cette rentrée, passant de la DSDEN 76 au rectorat. Un poste de gestionnaire a été supprimé à l’occasion de ce transfert alors même que le nombre de contrats à gérer a augmenté de façon significative.

  • A ce jour, nombreux sont nos collègues AESH qui n’ont pas reçu leur salaire de septembre alors qu’ils accompagnent au quotidien les élèves en situation de handicap. Aucune information ne leur a été communiquée…
    Certains auraient une avance sur leur salaire mais chacun doit aller à la pêche aux informations pour connaitre le montant, la date du versement… On peut comprendre leur désarroi et leur colère !

Nous demandons que :

  • Le service gestionnaire ait les moyens, tant humains que techniques, nécessaires à son bon fonctionnement et garantissant des conditions de travail décentes. Le nombre d’AESH étant en constance hausse, le nombre de gestionnaires doit suivre en conséquence.

  • Les salaires soient versés aux accompagnants au plus vite et qu’ils en soient prévenus individuellement. C’est le minimum exigible !

Thierry Patinaux

Secrétaire régional

UNSA Education



 
 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP